Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le regard des autres me paralyse

regard-autres-paralyse

Le regard des autres vous paralyse lorsque vous : 

  • Discutez avec 2 ou 3 personnes. 
  • Partagez votre avis avec quelqu’un. 
  • Prenez la parole en classe ou lors d’une réunion. 
  • Marchez dans une rue animée. 
  • Entrez dans un magasin. 
  • Demandez des informations sur un produit que vous souhaitez essayer. 
  • Montez dans le bus. 
  • Présentez votre travail à quelqu’un ayant de l’autorité sur vous, comme un professeur, un responsable hiérarchique, un policier… 
  • Rencontrez de nouvelles personnes.

Vous êtes attentif aux regards que les autres posent sur vous, vous pensez que votre malaise se voit et que vous êtes ridicule…

Après un diagnostic, il est possible que l’on évoque avec vous le trouble de l’anxiété sociale ou la phobie sociale.

Le regard des autres me paralyse

Qu’est-ce que le trouble de l’anxiété sociale ?

Le trouble de l’anxiété sociale est décrit comme une peur persistante et intense d’une ou plusieurs situations sociales ou de performances au cours desquelles l’individu est exposé au regard de personnes plus ou moins familières, ou à l’observation attentive d’autrui.

Dans cette situation d’exposition de soi au regard des autres, la personne souffrant d’anxiété sociale craint d’agir ou de montrer des signes d’anxiété. La manifestation de ces signes d’anxiété est vécue comme très embarrassante et humiliante. La personne a le sentiment d’être rejetée.

Le regard des autres me paralyse

Que ressent la personne souffrant d’anxiété sociale ?

La personne souffrant d’anxiété sociale ressent de nombreux symptômes physiologiques, tels que :

  • Des palpitations
  • Des tremblements
  • Des tensions musculaires
  • Des douleurs à la poitrine
  • Des maux de tête
  • Des sensations d’étouffement
  • L’emballement du cœur
  • La nausée

Elle peut avoir la bouche sèche, des sueurs froides ou transpirer. Ces symptômes sont parfois suffisamment intenses pour prendre la forme d’une attaque de panique.

Le regard des autres me paralyse

Que pense une personne souffrant d’anxiété sociale ?

La personne souffrant d’anxiété sociale se sent inférieure aux autres. Elle pense qu’elle n’aura rien à dire ou que les autres la trouveront bizarre…

Elle exprime un manque de confiance en elle, pose un regard plutôt négatif sur elle. Dans les situations sociales, elle dirige son attention sur elle-même, se concentre sur sa performance et son anxiété. Elle peut alors craindre de dire des choses stupides, s’inquiéter que les autres remarquent son anxiété.

Elle redoute d’être rejetée ou jugée négativement par l’autre et la critique engendre, chez elle, une forte réaction émotionnelle.

Le regard des autres me paralyse

Comment se comporte une personne souffrant d’anxiété sociale ?

Le trouble d’anxiété sociale cause beaucoup de souffrance à la personne qui ressent une honte intense. Se retrouver avec d’autres devient un supplice et elle cherche à éviter toutes situations sociales. Si cela n’est pas possible, la personne met en place des stratégies pour atténuer son anxiété, par exemple en évitant de parler par peur de dire des choses stupides.

Souvent, les personnes souffrant d’anxiété sociale se décrivent comme socialement isolées. Elles connaissent plus de difficultés scolaires car la participation en classe devient un supplice pour elles. Par ailleurs, l’attention excessive portée au regard des autres peut avoir un impact sur certaines capacités cognitives telle que l’attention et la concentration. Cette anxiété sociale peut conduire, dans des cas extrêmes, à un refus scolaire chez les plus jeunes ou à une assiduité irrégulière au travail.

Quelques chiffres

L’anxiété sociale touche 4,7% de la population sur une vie entière : 

  • 2,6% des hommes souffrent du trouble de l’anxiété sociale
  • alors que 6,6% des femmes souffrent de ce trouble.

Ce trouble de l’anxiété sociale apparaît souvent au moment de l’adolescence.  

Le regard des autres me paralyse

Et la timidité dans tout ça ?

La timidité est souvent décrite comme un trait de caractère ou un tempérament conduisant les personnes à se positionner en retrait au sein d’un groupe (Carducci, 1999). Elle se manifeste lorsque l’anxiété sociale reste légère et apparaît uniquement dans certaines situations sociales. Ce comportement d’inhibition sociale est surtout perceptible en présence d’inconnus. Lorsque l’interlocuteur est rassurant ou familier, les personnes timides retrouvent leurs capacités et se comportent avec plus d’aisance.

Selon certains auteurs, les différences entre la timidité et le trouble d’anxiété sociale résideraient dans l’existence, chez les personnes souffrant d’anxiété sociale, de mécanismes d’anticipation ou d’évitement systématiques de situations anxiogènes. Selon Vera (2009), lorsque de la gêne est ressentie, les personnes timides n’adopteraient pas de comportements d’évitement et ne focaliseraient pas toute leur attention sur eux-mêmes en situation sociale.

D’autres auteurs considèrent l’existence d’un continuum entre la timidité et l’anxiété sociale, cette dernière étant vue comme une forme extrême de timidité.

On note que les expressions symptomatiques de l’anxiété sociale sont fréquentes :

  • la timidité concernerait 40 à 60% de la population générale
  • le trac (ou anxiété de performance) touche au moins 30% des personnes.

Vous n’êtes pas seul-e et il existe des solutions

Quels traitements possibles ?

Les thérapies comportementales et cognitives (TCC) proposent une prise en charge efficace de ce trouble. Ces thérapies visent à travailler autour de deux axes et à enseigner deux techniques :

  1. Axe cognitif autour des pensées anxieuses : Ce travail consiste à questionner, assouplir et modifier les pensées anxieuses dysfonctionnelles. À titre d’exemple, voici quelques pensées anxieuses :
    • Je vais rougir, je vais perdre mes moyens.
    • Je vais bégayer, on va se moquer de moi.
    • Je n’aurai plus d’amis après avoir eu l’air ridicule.
    • Je vais dire quelque chose de stupide et ils vont se moquer de moi.
    • Je ne sais pas comment faire, les autres vont le remarquer.
    • Les autres pensent sûrement que je suis une personne ennuyeuse.
  1. Axe comportemental : Il est proposé à la personne de se confronter à ses croyances pour les infirmer ou les confirmer. Pour affronter des situations anxiogènes, il est nécessaire d’établir une liste des situations en les classant du moins anxiogène au plus anxiogène afin de graduer la difficulté. Cette avancée progressive permet de prendre conscience que l’anxiété peut être supportable. L’exposition en TCC est une pratique qui se veut progressive selon la hiérarchisation de vos situations personnelles. Aucun bon psychologue ne force son patient à se confronter à des situations s’il n’en a pas envie.

En plus de ces axes, la TCC propose :

  • Un apprentissage de techniques de relaxation : Cela permet la régulation de l’anxiété avant, pendant et après la situation. La respiration ventrale ou la contraction/décontraction musculaire font partie de ces techniques.
  • Des techniques d’affirmation de soi : Vous apprendrez à demander et recevoir de l’aide, à exprimer et recevoir un compliment et une critique, à faire un refus et à parler en public.
 
Enfin, au lieu de vous demander pourquoi votre trouble existe, vous pouvez vous demandez pourquoi votre trouble persiste

 

Prêt-e pour oser essayer ?

PS : Ce que je vous partage dans ces articles, ce sont des ressources que je donne en séances et/ou en devoirs à la maison. Mon objectif est de vous les partager pour vous familiariser avec les principes des TCC et vous permettre de comprendre leur fonctionnement. Bien que ces ressources puissent suffire à améliorer votre bien-être, certaines personnes peuvent avoir besoin d’un accompagnement plus personnalisé et de soutien pour les mettre en pratique. Si vous êtes dans cette situation, je vous encourage vivement à consulter.  

Ne restez pas seul-e avec vos difficultés. Et si vous avez des difficultés pour choisir le ou la bon-ne psychologue, dans cet article vous trouverez des pistes de réflexions.

Vous pouvez prendre un rendez-vous : 

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir la psycho-lettre

Bonjour,
Bonjour,

Je suis Sophie, psychologue, psychothérapeute et conseillère conjugale. J'ai pour ambition, avec ce blog, de vous partager mes connaissances en santé mentale. Vous pourrez y découvrir astuces, conseils et théories psychologiques

En savoir plus

S'inscrire

Inscrivez ici vos coordonnées pour recevoir la psycho-lettre et /ou les trois clés pour retrouver votre sourire